Mais qu’est-ce qu’tu bois doudou dis-donc?

Miam!

Au cas où vous vous en douteriez pas, la bouffe industrielle, c’est pas bon!
Eh ben oui ma p’tite dame! Manger des trucs pas cher tout chimiques, tout triturés qu’on sait pas ce qu’il y a dedans c’est pas bon pour la santé.
Moins bon en tout cas que de manger des trucs bio du paysan du coin. Tu t’en doutais pas, hein?
Mais bon puisqu’on vous dit qu’il n’y a aucun danger! Sauf que, je cite: « En consommant bio par exemple, on réduit son risque d’exposition d’un facteur de 6 à 9 ». Sans commentaire.

C’est pas grave parce que de toute façon on est sauvés, bientôt on pourra consommer du saumon OGM.
J’adore les commentaires dans l’article: « sait pour lutté contre la fin dan le monde! ». Ouais c’est sûr, grâce aux OGM les petits africains, les petits indiens, les petits chinois, les petits argentins, vont arrêter de chipoter une poignée de riz pour manger des tas de saumon. Des tas on vous dit!

———————–

Un autre truc qui me fait mal, c’est photoshop.
Non c’est vrai quoi, après y’a des nanas avec 3 neurones dans la tête qui vont voir des chirurgiens pour se faire faire ça! Si si, y’a qu’à voir la nouvelle tête que s’est faite faire Megan Fox, aaaaargh!

———————–

Sinon, l’état d’Arizona a décidé d’embaucher Brice Hortefeux de durcir sa loi sur l’immigration. J’imagine que c’est LA solution à la crise… Pour un pays qui s’est bâti sur l’immigration, je trouve ça un peu fort de café.

Calamities of Nature - When out of work...

Certains artistes appellent à boycotter l’Arizona. Heu, je suis pas sûr que ça soit la solution,et je saurais pas trop comment faire, depuis mon Béarn natal

———————–

Euh, vous nous prendriez pas pour des jambons par hasard?

Et puis j’en parlais là, Sarko veut faire des économies. Et réduire ton salaire que tu as fait augmenter de 170% à ton arrivée à l’Élysée, non?
Le « serrage de vis » en détails (la fôte d’aurtograf dans le lien n’est pas de moi…).
Par contre certains râlent, c’est vrai quoi! Et je parie qu’il voit pas pourquoi le mien devrait augmenter, allez quoi , pour une fois, ça fait tellement longtemps, un bon geste!

Publicités

Dans une république bananière…

  • La femme d’un ministre du budget pourrait faire conseillère fiscaliste de la plus grande fortune du pays, lui donner des conseils pour gruger le fisc, ne pas se rendre compte que c’était illégal, et tout découvrir avec étonnement dans les journaux.
  • Un ministre pourrait affréter un avion privé pour aller à une conférence sur la reconstruction d’un pays détruit par un tremblement de terre. Il pourrait aussi obtenir un permis de construire illégal et trafiqué dans une zone protégée, puis y renoncer puisqu’on en fait tout un foin pour pas grand-chose.

    Deligne - Cumuler plus pour gagner plus

  • Le président d’un grand groupe radiophonique public, et le président d’une grande radio publique, pourraient être nommés directement par le chef des bananes afin de s’assurer de la complaisance de ladite radio.

    Jiho - Rance Inter

  • Des trublions de cette radio seraient virés parce qu’ils ne plaisent pas en haut lieu.

    Vidberg - Patates à l'Inter

  • Le sélectionneur incompétent d’une équipe de foot impotente n’accepterait pas avec fair play une défaite annoncée depuis belle lurette.
  • Les grosses dames préféreraient glousser à la télé plutôt que de faire leur métier.
  • Un postier se ferait emmener au poste de police pour des prétextes fantaisistes, et pas pour de bonnes raisons.
  • Etc…

Heureusement qu’ici c’est une démocratie.
J’aimerais vraiment pas vivre dans une république bananière… Oh non!


kore wa nan desu ka?

littéralement:  ceci (sujet) quoi être (question)?


Eh oui, j’ai eu mon premier cours de japonais hier!
Après une rude journée de labeur passée à parler en anglais à des angolais et un nigérian, j’avais la boucher hypra sèche et j’étais bien fatigué. Il n’empêche que ceci entraînant cela j’ai fini par discuter avec mon « prof » pendant presque deux heures.

Ayant déjà quelques notions, une grosse envie d’apprendre et des souvenirs de la série Shogun et de mes lectures de mangas débiles, j’espère avoir un peu facilité la tâche de Ruku-san.

Trooooop cool!

——————————–

J’ai découvert ce blog BD récemment, et j’adore. En particulier ce billet combinant l’existence de dieu et le chat de Schrödinger:


Autre blog BD bien drôle, toujours en anglais, et à l’humour parfois très noir:

Eh oui, tout ce qui est bon est soit pourri, soit moisi, soit fait grossir, soit pas bon du tout pour la santé!

——————————–

Pour finir, 2-3 petits trucs au sujet de la marée noire dans le golfe du mexique:

1- le twitter d’un faux porte-parole de BP, hilarant si on aime l’humour très très noir et serré.

2- un dernier blog BD que je lis depuis ses débuts, spécialisé dans les geekeries en tous genres (jeux video, D&D, apple, windows, etc…):

Ooooops I did it again!

3- Beaucoup moins drôle, la vérité 😦


Allez, konbanwa et oyasumi nasaï! (bonsoir et bonne nuit)


Mexico, mexiiiiiiiiiiiico!

Ah! Je ne me lasse pas de regarder ces jolies photos du golfe du Mexique.
Les oiseaux qui s’envolent, les couchers de soleil, les enfants qui se baignent au bord de la plage…
Quand je pense qu’il y en a qui voudraient détruire tout ça au nom du dieu Fric.

Ça mériterait que j’en fasse un powerpoint et que je l’envoie à tous les collègues de Tatol, tiens!

Et si vous savez pas quoi faire demain soir: Arte « Tchernobyl : une histoire naturelle ».


Insérer le titre ici

Bon alors imagine, tu prends le premier homme.
Non pas le tout 1er, mais pas le 43.000ème non plus, disons dans les 10.

Alors ce gars là, Jean-Jacques, est un chasseur-cueilleur: il chasse, ramasse et mange ce qu’il trouve. Sauf que ce jour là il a rien trouvé, peau d’balle, zobi, et il a faim.
Et qu’est ce qu’il fait Jean-Jacques quand il a faim et qu’il a rien à manger? Ben il pense à autre chose. A ce gros aurochs par exemple, qui est en train de ruminer pas très loin tout en se méfiant de ce drôle de zèbre qu’on sait jamais trop s’il va te planter une flèche dans le cul ou t’accrocher un anneau dans le nez.

Et là JJ il vois ce gros con d’aurochs en train de se faire péter le bide en mangeant de drôles d’herbes, genre avec des graines dedans, du blé quoi.
Alors il essaie aussi. C’est pas très bon, c’est dur à mâcher, mais ça fait son office de remplir le ventre de trucs plus ou moins comestibles.

« Eh Josiane! » crie-t-il (Josiane c’est sa femme). « Viens voir ça! »
Et il lui explique le coup de l’aurochs, des herbes qui piquent les cuisses mais qui contiennent des graines qui se mangent vaguement.
« Mais c’est con je me suis raboté les chicots en 10 minutes à cause de ce truc là. »

Josiane, qui a oublié d’être conne, réfléchit à tout ça et lui dit finalement:
« En fait il faudrait que tu te débrouilles pour que quelqu’un d’autre mâchouille ces trucs à ta place pendant des heures, comme l’autre bestiau! »

JJ n’est pas trop bête non plus, pour l’époque. Il aurait même pu inventer la machine à cambrer les bananes s’il avait voulu. Il est juste un peu lent.
Il s’assoit sous un arbre en continuant à ruminer ses graines, et il se demande comment il va faire pour forcer l’autre gros bestiau à mâchouiller son blé sans l’avaler.

Bon je vous passe les détails, les essais avortés et les gros bobos en tout genre (et aussi que c’est Josiane qui avait pitié de lui qui lui a dit que ça serait plus facile de le faire soi-même entre deux cailloux). Mais ça y est, JJ a sa poudre de graines, bien plus facile à manger bien que ça colle aux dents et que ça te file une séquerre de tous les diables.
Il a même un nom pour son invention: phâ-ryn (« poudre de graine » en bas breton de l’époque).

Jean-Jacques n’en reste pas là. Il a l’idée de mélanger sa phâ-ryn avec de l’eau, ou du lait, pour voir si c’est meilleur. Une fois en allant se coucher il oublie son bol de bouillasse près du feu, et le lendemain matin il y trouve quoi? Non pas du pain, mais pas loin, une grosse croûte qui n’est pas si mauvaise à manger.

Nous qui sommes culturés, nous savons que cet idiot a découvert le pain azyme, et c’est justement comme ça qu’il a appelé ça: Aah-zym (« bouillasse cuite », mais vous aviez deviné). Et avec Josiane il a monté un commerce de fabrication et vente en gros, demi-gros, détail de grosse croûtes Aah-zym.

Et notre Jean-Jacques s’enrichit. Il profite un peu de la vie, il fait la fête, il boit, néglige son travail…
Alors un jour il lui reste un peu de pâte de la veille qu’il a pas fait cuire parce qu’il avait la flemme, et il la mélange avec la pâte du jour et fout tout ça au four non mais oh on a pas que ça à foutre!
Quelle ne fut pas sa surprise de ne pas trouver les Aah-zym attendus quand il revint du bar. Non non non, que nenni mon bon monsieur! A la place des grosse croûtes il y avait des boules dorées, gonflées, croustillantes, toutes molles et aériennes à l’intérieur!

Et là c’est la révélation. En un instant défilent devant ses yeux des milliers d’idées.
Le pain de campagne, le bâtard, la flûte, la baguette fantaisie, le pain de seigle tout noir et lourd comme une pierre, le petit pain au lait, la chocolatine (et non pas le pain au chocolat comme s’obstinent à l’appeler ces idiots de parisiens), les boulangeries « au bon pain », les chaînes de magasins « la gerbe d’or » …

Josiane sait qu’elle doit surveiller son sac à vin de mari, et là elle le trouve bave aux lèvres, au milieu de tout un tas de Aah-zym toutes ratées.
« Non mais qui c’est qui m’a fichu un crétin pareil? Tu fais quoi à bailler au corneilles? Allez zou, tu me jettes tout ça et tu recommence une fournée! Et que je ne te reprenne plus à rêvasser au lieu de faire des Aah-zym! Tu m’entends, Jean-Jacques Pouah-Lahn? »