Insérer le titre ici

Bon alors imagine, tu prends le premier homme.
Non pas le tout 1er, mais pas le 43.000ème non plus, disons dans les 10.

Alors ce gars là, Jean-Jacques, est un chasseur-cueilleur: il chasse, ramasse et mange ce qu’il trouve. Sauf que ce jour là il a rien trouvé, peau d’balle, zobi, et il a faim.
Et qu’est ce qu’il fait Jean-Jacques quand il a faim et qu’il a rien à manger? Ben il pense à autre chose. A ce gros aurochs par exemple, qui est en train de ruminer pas très loin tout en se méfiant de ce drôle de zèbre qu’on sait jamais trop s’il va te planter une flèche dans le cul ou t’accrocher un anneau dans le nez.

Et là JJ il vois ce gros con d’aurochs en train de se faire péter le bide en mangeant de drôles d’herbes, genre avec des graines dedans, du blé quoi.
Alors il essaie aussi. C’est pas très bon, c’est dur à mâcher, mais ça fait son office de remplir le ventre de trucs plus ou moins comestibles.

« Eh Josiane! » crie-t-il (Josiane c’est sa femme). « Viens voir ça! »
Et il lui explique le coup de l’aurochs, des herbes qui piquent les cuisses mais qui contiennent des graines qui se mangent vaguement.
« Mais c’est con je me suis raboté les chicots en 10 minutes à cause de ce truc là. »

Josiane, qui a oublié d’être conne, réfléchit à tout ça et lui dit finalement:
« En fait il faudrait que tu te débrouilles pour que quelqu’un d’autre mâchouille ces trucs à ta place pendant des heures, comme l’autre bestiau! »

JJ n’est pas trop bête non plus, pour l’époque. Il aurait même pu inventer la machine à cambrer les bananes s’il avait voulu. Il est juste un peu lent.
Il s’assoit sous un arbre en continuant à ruminer ses graines, et il se demande comment il va faire pour forcer l’autre gros bestiau à mâchouiller son blé sans l’avaler.

Bon je vous passe les détails, les essais avortés et les gros bobos en tout genre (et aussi que c’est Josiane qui avait pitié de lui qui lui a dit que ça serait plus facile de le faire soi-même entre deux cailloux). Mais ça y est, JJ a sa poudre de graines, bien plus facile à manger bien que ça colle aux dents et que ça te file une séquerre de tous les diables.
Il a même un nom pour son invention: phâ-ryn (« poudre de graine » en bas breton de l’époque).

Jean-Jacques n’en reste pas là. Il a l’idée de mélanger sa phâ-ryn avec de l’eau, ou du lait, pour voir si c’est meilleur. Une fois en allant se coucher il oublie son bol de bouillasse près du feu, et le lendemain matin il y trouve quoi? Non pas du pain, mais pas loin, une grosse croûte qui n’est pas si mauvaise à manger.

Nous qui sommes culturés, nous savons que cet idiot a découvert le pain azyme, et c’est justement comme ça qu’il a appelé ça: Aah-zym (« bouillasse cuite », mais vous aviez deviné). Et avec Josiane il a monté un commerce de fabrication et vente en gros, demi-gros, détail de grosse croûtes Aah-zym.

Et notre Jean-Jacques s’enrichit. Il profite un peu de la vie, il fait la fête, il boit, néglige son travail…
Alors un jour il lui reste un peu de pâte de la veille qu’il a pas fait cuire parce qu’il avait la flemme, et il la mélange avec la pâte du jour et fout tout ça au four non mais oh on a pas que ça à foutre!
Quelle ne fut pas sa surprise de ne pas trouver les Aah-zym attendus quand il revint du bar. Non non non, que nenni mon bon monsieur! A la place des grosse croûtes il y avait des boules dorées, gonflées, croustillantes, toutes molles et aériennes à l’intérieur!

Et là c’est la révélation. En un instant défilent devant ses yeux des milliers d’idées.
Le pain de campagne, le bâtard, la flûte, la baguette fantaisie, le pain de seigle tout noir et lourd comme une pierre, le petit pain au lait, la chocolatine (et non pas le pain au chocolat comme s’obstinent à l’appeler ces idiots de parisiens), les boulangeries « au bon pain », les chaînes de magasins « la gerbe d’or » …

Josiane sait qu’elle doit surveiller son sac à vin de mari, et là elle le trouve bave aux lèvres, au milieu de tout un tas de Aah-zym toutes ratées.
« Non mais qui c’est qui m’a fichu un crétin pareil? Tu fais quoi à bailler au corneilles? Allez zou, tu me jettes tout ça et tu recommence une fournée! Et que je ne te reprenne plus à rêvasser au lieu de faire des Aah-zym! Tu m’entends, Jean-Jacques Pouah-Lahn? »

Publicités

One Comment on “Insérer le titre ici”

  1. Mahie dit :

    Ben moi mon bout de baguette bien beurré était plutôt sympa ce matin 🙂
    Que serais-je sans le pain français? Obligée de manger du pain anglais toute ma vie? Aaaaarghhh…. Obligée de manger des madeleines espagnoles toute ma vie? Bonjour le régime!
    Vive la baguette et Jean-Jacques!!!!
    Et Josiane elle voulait pas faire pâtissière? Elle fait que râler celle-là!
    Autrement ça va? T’as mangé des champignons bizarres hier soir? 🙂


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s