Beau temps pour un mois de Novembre!

Aujourd’hui je m’ai fait retirer les 2 plaques en silicone qui maintenaient ensemble la muqueuse centrale de mon gros pif une fois que mon boucher a cru bon d’enlever le cartilage (la cloison) qui s’y trouvait de travers.
J’évoque même pas la taille de ces machins que j’avais dans le groin, vous le croiriez pas!
Une semaine avec le nez comme une patate, hyper douloureux, avec impossibilité de le toucher, de se moucher, et d’enlever les croûtes de sang. Je vous raconte pas le bonheur de pouvoir pour la première fois de ma vie (oui en fait j’ai toujours mal respiré par le nez) respirer parfaitement, fort et clair (comme disent les militaires dont c’était la Saint Con aujourd’hui)!

J’ai toujours mal à la gorge mais quand même beaucoup moins. J’arrive à manger. Oui oui, manger point, parce qu’avant ça c’était plutôt « il m’arrive parfois d’avoir assez de courage pour avaler une bouchée de bouillie sans pleurer de douleur ».

—————————-

Sans transition, musica maetro!

Mes copains moines franciscains Les Frères Chimiques sortent un nouvel album.

J’avais été hyper déçu des 2 derniers. Certains disent que le nouveau n’est absolument pas innovant mais moi je pense qu’il n’est pas mauvais de faire quelquefois un retour aux sources avant de repartir de l’avant.
Et là je dois dire que ça me rappelle quand même furieusement les tous premiers albums:

Je sais pas si je l’ai déjà évoqué ici, mais mon copain scientologue (si si c’est vrai, comme quoi on peut être dans une secte et intéressant) Beck s’amuse avec un nouveau projet: Record Club.
Il invite des groupes, avec pour objet enregistrer sans répèt’, souvent à la première prise, sans mixage ou ajout supplémentaire, tout un album de reprises en une seule journée.

Ils ont déjà fait du Leonard Cohen ou du Velvet Underground.

Là ils reprennent l’intégralité de « Kick », l’album de INXS sorti en 1987, et c’est juste une grave turie. Vivement que ça sorte!

Enfin, si y’en a qui cherchent un groupe pour animer une kermesse ou un mariage, mes copains The Allnighters s’y connaissent pour foutre l’ambiance. Allez zou, un bon vieux ZZ Top des familles!

—————————-

Pour finir, quelques vérités scientifiques cachées:

Comment obtient-on le pétrole?

Les vuvuzelas, comment ça marche?

Publicités

Comment perdre 4 kilos en 5 jours (et c’est pas fini!)

A toutes mes fans et à tous, un grand merci de votre soutien. Sans vous, je ne sais pas où j’en serais.
Enfin, si, j’en serais au même point, mais c’est pas la question.

Je suis une célébrité! Ou plutôt disons que je serai une célébrité très bientôt, invité sur tous les plateaux télé, partageant un rail de coke avec Beigbeder et Anny Cordy. Tout ça pour mon livre « Comment perdre 4 kilos en 5 jours (et c’est pas fini!) ».

En effet, j’ai le secret pour perdre du poids sans se fatiguer, sans même avoir la moindre sensation de faim, et comme je t’aime plus que tout, cher lecteur adoré, je te livre ce secret sans plus attendre, en échange n’oublie pas de m’envoyer mon virement sur paypal.

1- Fais-toi péter la cloison nasale par un ami boxeur (ou un rugbyman que tu traiterais de pédé). Un chirurgien peut faire ça aussi pour une somme modique.
Résultat: t’as le nez comme une patate, tu peux pas respirer, et t’as l’impression que tu es bon pour le livre des records, catégorie sinusite du siècle.
J’ai des plaques en silicone dans les narines pour tout maintenir en place, normalement on enlève ça dans 2 jours mais je sais pas si je vais tenir.

2- Fais-toi enlever la luette. Ça sert à rien la luette. C’est juste une sorte de petit sac de boxe qui traîne au fond de ta bouche.

3- Enlève-moi donc aussi ces amygdales! Dixit mon docteur, « ce n’est qu’une éponge à merde »! Bon, j’imagine qu’il exagère un peu. Si c’était si nul ça serait pas si douloureux une foisque tu les as plus.
Il paraît que plus t’attends pour les enlever, plus tu douilles. Eh beh le papy qui se les fait enlever à 95 ans il doit en chier sa race parce que moi j’ai grave mal et j’en suis pas à la moitié, des 95 ans!

4- Le voile du palais. On coupe, on retend, on rabote!

Et voilà! C’est génial! Je ronfle plus (en même temps j’en ai pas l’occasion). Et le seul truc que je peux avaler ne doit être ni piquant, ni buleux, ni acide, ni amer, ni trop sucré, ni solide, ni texturé, ni granuleux, ni trop chaud, ni trop froid, ni…
Ca ne me laisse donc que le foie de morue, la purée de carottes, la compote nature, et le yaourt nature sucré chimique de chez Badgam.

Sans compter que ça devient physique de manger! Tu prends une toute petite bouchée, tu mâches pendant des heures, tu prends ton courage à deux mains et hop! t’avales. Des fois de travers, des fois à moitié, mais à chaque fois c’est: 1- un effort, et 2- douloureux.
Au bout de 10 minutes t’es épuisé, t’as vidé la moitié de la cuillère de purée et t’en peux plus tellement t’as mal.

Et encore je te raconte pas à la clinique, entre les aides-soignantes qui te réveillent toutes les 2 heures pour vérifier que tu dors bien (mais elles veulent pas te faire de bisou), les infirmières qui veulent pas te donner de quoi calmer ta douleur (mais s’inquiètent de savoir qui gagne entre le Burkina Faso et La Berrichonne de Chateauroux), la morphine qui te fait vomir (et vu par où ça passe t’imagines le bonheur), les plateau repas qui contiennent de quoi faire un feu d’artifice dans ta bouche, le malade d’à côté qui confond le bouton d’appel des infirmières avec la zapette, les visiteurs qui viennent te voir: « Bon, c’est tout ce que tu racontes? », moi: « Tu veux dire à part mal, soif, nez patate et dodo? », et le docteur qui te dit: « Ça s’est super bien passé, vous aller en chier pendant 15 jours et après ça ira un peu mieux ». Trop-cool!

Cette nuit j’ai très mal dormi: j’ai croisé des copains gros cons de 3ème A, essayé de démontrer des théorèmes mathématiques de haute volée, eu des drôles de bestioles qui me sortaient du pouce, j’ai lu de 3 à 4h pour me chasser ces idées zarb, bien pris mon paracétamol toutes les 4 heures, bavé sur mon oreiller, et j’ai toujours un mal de chien.

Mais au moins je maigris, yes!


Vanina-ah-a-ah-a-ah-a-ah…

Vous voulez peut-être savoir pourquoi ma carrière de chanteur d’opéra va bientôt se terminer:

La réponse est: uvulo-palato-pharyngoplastie avec amygdalectomie et septoplastie.
En un mot UPPAS.

Un petit peu d’histoire:
Très tôt l’homme a appris à ronfler, très fort. Tout ça pour faire peur aux ours s’il leur prenait l’envie de venir voir ce que venait foutre ce petit gars tout malfoutu dans sa tanière avec son feu, ses bouts de bois et ses cailloux.

Et donc maintenant aussi, tout mâle normalement constitué ronfle, même s’il y a pas d ‘ours à faire fuir. C’est parce que c’est écrit dans les gênes de la femme: si son mec ronfle pas, c’est pas un vrai mec capable de faire fuir les méchants plantigrades, alors elle va chercher ailleurs un gars qui en a dans le calcif et dont la voix fait fuir les gros trucs velus avec des doigts pleins de baffes.

Dont moi. En effet il paraîtrait que je ronfle. A peine. Légèrement. Très peu. Mais suffisamment pour empêcher les autres (dont madame, le voisinage et le club des insomniaques de la grande ville d’à côté, j’ai même été détecté à 3,8 sur l’échelle de Richter…) de dormir.

Pff, bêtise que tout cela pensais-je en me rendant chez l’ORL.
Or celui -ci a confirmé: surpoids, grosse luette, grosses amydales, grand voile du palais (tout est gros chez moi!), plus cloison nasale déviée = ronflements.
Alors il m’a proposé un jeu rigolo: il m’a branché tout un tas de trucs, bien collés à l’élastoplast que pour enlever ça sur tes poils c’est du pur bonheur, avec un tuyau dans le nez et un appareil qui enregistre le tout pendant toute une nuit.

Verdict: apnée sévère. Cool j’ai dit, comme dans le grand bleu? J’ai couru m’acheter une tenue de Jacques Mayol.
En fait non. Quand je dors, 20 fois par heure j’arrête de respirer plus de 10 secondes, et 2000 fois par heure je ronfle à 91 décibels. Donc je dors mal, je me repose mal, ça nuit à ma santé et à mon cerveau.

Faut tout couper qu’il m’a dit!

Donc voilà, le 11 juin je me fais tout charcuter: le nez, la luette, les amygdales, le voile du palais. 3 semaines d’arrêt maladie. Méga hypra giga téra péta mal à la gorge, tellement que tu perds entre 6 et 10 kilos pasque tu peux rien avaler.

Et donc ma carrière de chanteur à minettes tombe à l’eau. Parce que tout ça va avoir un effet possible sur la caisse de résonance qu’est ma bouche et donc sur ma voix.

Tu vas voir qu’avec tout ça je vais me retrouver avec plein d’ours dans ma maison…