Consommé de peste et ses mignardises de choléra

Facebook, au pied de la lettre...

Dans le même genre que le chef de projet, il y a aussi le commercial. Ça aussi c’est une belle saloperie!

Le commercial, c’est un type qui a vendu son âme au diable pour 30 dollars, comme Judas.
Il est capable de vendre des frigos aux Eskimos. Il vendrait même sa mère à un type tout en lui ayant prélevé un rein pour le vendre à un autre.

En SSII, quand tu discutes avec un commercial, il écoute pas, il calcule juste ce que ça va lui coûter.
Quand tu parles technique, avancement de projet, satisfaction client, améliorations possibles, il ne voit qu’une chose: le tas d’argent que tu lui rapportes par an.
Chez le client, là non plus il écoute pas (j’en ai même vu un qui s’est évanoui en réunion, sans que personne ne s’en aperçoive…) il a juste un petit module en mode automatique qui filtre les mots-clés qui lui permettront de faire un gros contrat bien juteux avec une grosse marge (et donc une belle prime, pour lui).
Et quand il parle ça fait un drôle de ka-tching! alors qu’il n’y a pas de caisse enregistreuse dans le coin (en fait il y en a une, mais tu la vois pas, elle est dans sa poitrine, à la place du cœur).

Avec le client il est toujours tout mielleux: « Mais bien sûr j’ai le gars qu’il vous faut! Il a fait ça toute sa vie! Je dirais même plus c’est lui qui a écrit la norme ISO 15996 sur laquelle repose votre projet, pour vous dire à quel point il est fait pour vous! ». Et là le client il est tout content, tu penses bien!
Le jour P arrive (P comme Putain de merde!) et c’est pas le Kador qui arrive, c’est toi, pas rasé tout mal habillé, et ronchon de te retrouver dans cette galère (Parce qu’en plus de savoir que tu pars à l’abattoir, t’es déjà débordé de boulot. Et oui en SSII quand on te confie une nouvelle mission c’est toujours en complément de ce que tu fais actuellement, un peu comme un hobby en fait), totalement incompétent sur le sujet, et obligé de ré-inventer la roue..
« L’autre Kador? Ah ben désolé il est en congés / arrêt maladie longue durée / il a démissionné sur un coup de tête on a pas compris. Mais ne vous inquiétez pas, mon gars Bruno (le nom a été changé par respect pour sa famille, qui a honte) que voilà est son plus proche collaborateur (je l’ai jamais vu de ma vie), il a toutes les infos (tu parles l’autre con s’est barré avec toutes les docs et a formaté son PC avant d’y foutre le feu), il est enthousiaste de travailler sur cette nouvelle technologie (qui n’a jamais été réutilisée depuis le fiasco de 1974) et brûle d’impatience de se défoncer pour vous sur ce projet (comprendre: quelqu’un a du crack ou alors de l’essence et un briquet?)! »

Comment reconnaître un commercial? C’est très facile.
D’abord il a un très beau costume. Oui oui, un seul. Qu’il porte avec des tas de chemises roses, ou alors avec des chemises bleues sur la cravate est rose.
Ensuite il a des pompes qui doivent être du 56 tellement elles sont longues. Des vrais skis, mais en cuir.
Il a aussi un très grand sourire plein de dents de requin (et quelques morceaux du client / collaborateur précédent).
Enfin le détail qui ne trompe pas, si c’est un bon commercial il a une grosse voiture genre Audi TT ou 4×4 BMW, avec de très belles jantes alu qu’il s’est offertes avec sa dernière prime.

De le même façon qu’un bon chef de projet est un chef de projet mort, après le passage d’un commercial il faut faire appel à un exorciste pour dé-marabouter la pièce.

Pour se débarrasser d’un commercial, il n’y a pas 36 solutions, il n’y en a que deux:
1- Le pieu dans le cœur, efficace mais salissant.
2- Le refiler à quelqu’un d’autre. Mais attention, pas à un chef de projet! Oh là non, grave erreur! Car avec un chef de projet leur potentiel de nuisance ne s’annule pas, il croit de manière exponentielle, un peu comme pour les Gremlins. Non il faut le mettre dans les pattes d’un collègue que t’aimes pas, ou travailler à le positionner chez un client où tu es sûr de ne jamais mettre les pieds (genre celui qui est uniquement Unix alors que toi t’y entraves que dalle, ou genre Areva alors que t’es passé à la télé en tant que vice-président de Greenpeace).
Si t’es client t’es foutu, t’auras beau changer de boîte de prestation, t’auras toujours des vautours commerciaux qui tourneront autour de ta carcasse ton bureau.

Bon allez je vous laisse, j’ai des bouts de bois à tailler…

Publicités

3 commentaires on “Consommé de peste et ses mignardises de choléra”

  1. Mahie dit :

    🙂 ça donne trop envie d’en revoir un!!

  2. ksenia dit :

    Je vois qu’on a la même opinion à l’égard de ces… viandards. Dernièrement le commercial d’une SSII dans laquelle mon mari a travaillé l’a contacté …après plus d’un an de silence radio…. pour lui proposer un poste. Sans adéquation certainement avec le profil de mon mari mais il importe peu puisque le CV présenté au client est systématiquement édulcoré et les compétences gonflées.
    Quand il a appris les fonctions qu’occupe mon homme à présent dans une société internationale, son ton a littéralement changé. Il devenait subitement un bon vieux pote l’invitant à se rencontrer et manger ensemble dans un restau parisien. Il aurait été en face de lui, je crois bien même qu’il lui aurait donné une tape amicale sur l’épaule. Seulement quand on connait l’attitude qu’il a eue auparavant et qu’on n’est plus dupe des roueries de ces commerciaux, ça fait bien rigoler.
    En tous les cas, mon mari bichait à l’autre bout du téléphone. C’est bien la première fois, depuis qu’il a quitté la jungle des SSII, qu’un commercial lui faisait autant de salamalecs et rampait ventre à terre.
    Comme quoi la roue tourne… mais le commercial ne se démonte pas, lui, il retourne sa veste. Sans vergogne.

    Bonne journée ! Je retourne me claquemurer au frais

    • El marido! dit :

      Viandards c’est bien le mot. Quand ils vont à des forums de l’emploi, ils disent qu’ils vont faire du « body shopping »!

      une fois je me suis retrouvé devant un client avec un CV complétement pipeauté par le commercial.
      Je lui dis: « Ah non il doit y avoir une erreur de copié-collé.
      – Ah, donc je raye cette ligne?
      – Non, mon nom tout en haut. »
      t’imagines la tête du vampire encravaté à côté de moi…


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s