En quelques mots…

Après une semaine de vacances bien méritées passée à découvrir de nouvelles allergies aux plantes de mon jardin, passer une IRM pour mes douleurs récurrentes dans ma main gauche, et déambuler dans les rues piétonnes burdigalaises, il faut bien dire que la semaine suivante n’a pas été du même acabit.

Donc en quelques mots:
-Kraftwerk: mini-me a enfin découvert les joies d’écouter ce divin groupe de musique électronique de danse de jeunes d’il y a 30 ans. Mon coffret de 8CD a tourné en boucle tout le week-end…

-Astreinte: après avoir été appelé dans la nuit de mardi à mercredi (de 2h à 4h du mat’), puis dans la nuit de mercredi à jeudi (de 2h à 5h du mat’), c’est avec une joie non dissimulée que j’ai passé mon dimanche connecté à traiter des incidents sur nos serveurs aux ztazunis. Se lever à 4h ce matin pour aller bosser a aussi été un vrai bonheur…

-Curry: vendredi soir nous recevions mon pote Khylvyh (c’est son nom d’artiste), et j’ai eu l’idée sotte et grenue de faire un bon petit curry que je réussis si bien. Bon, changer de marque de pâte de curry n’a pas été ma meilleure idée de la semaine. Disons que ce curry pouvait servir de carburant pour la fusée Ariane… Il ne nous a pas fait tomber les dents mais je pense que ça a été un véritable génocide dans notre flore intestinale!

-Sommeil: pas besoin de bébé en bas âge pour manquer de sommeil, vivement la sieste de cet après-midi!


Dans les oreilles de…

J’aime bien Radio Nova, je l’écoute souvent en voiture.

Le soir, quand je sors du boulot à 21h, je tombe souvent sur l’émission Dans les oreilles de…, où un invité raconte (extraits musicaux à l’appui) ses premiers émois musicaux, son premier achat de disque, sa première grosse claque en concert, son album madeleine de Proust qu’il ré-écoute souvent, etc… C’est toujours très intéressant.

Donc aujourd’hui, nous allons faire un Dans les oreilles de… El Marido.

Tout petit j’adorais déjà la musique, encore maintenant j’ai tout le temps de la musique, dans la tête à défaut de l’avoir dans les oreilles. Alors du coup je peux me retrouver avec du Serge Lama indélébile, ou la dernière nazerie que je viens d’entendre à la radio ou à la télé, ou mon coup de coeur musical du moment.
Donc très jeune enfant je me revois sortant toute un attirail de la cuisine pour jouer au batteur pendant les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier. La Honte! Hélas je n’ai jamais pris de leçons de batterie. La musique a peut être perdu un nouveau Charlie Watts, mais mes parents y ont gagné quelques dixièmes à chaque oreille…
Bref, je me souviens parfaitement avoir flashé sur les premiers morceaux de musique électronique, au milieu des années 70, et passer les longues heures où j’étais réveillé hyper tôt le dimanche matin à me jouer dans la tête Pop-Corn, Jean-Michel Jarre, d’autres trucs électroniques inconnus qui servent de musique de fond pour des documentaires ou des reportages, etc… avant que le reste de la famille ne se réveille.

Plus tard, ado, j’adorais Eurythmics, Axel F (la bande originale du film Le Flic de Beverly Hills) ou la bande son de Miami Vice.
Et aussi le 1er 45 tours que j’ai acheté:

1989, JM, mon meilleur copain se pointe un jour avec une cassette en me disant « Tu devrais écouter ça, c’est génial! ». C’était un medley des 2 derniers albums de Depeche Mode, « Black Celebration » et « Music for the Masses ». Le choc! Depeche Mode je connaissais, c’étaient les minets pédés-cuir qui chantaient « Master and Servant » et « Question of Time » chez Drucker, mais ça, c’était différent. Et la fois suivante il est arrivé avec « 101 », leur enregistrement live de leur tournée aux US. Et depuis je ne peux plus m’en passer. Albums, live, remixes…

J’ai toujours autant la chair de poule quand je vois les bras de la foule qui s’agitent sur Never Let Me Down Again… Brrr!

En 1991, Rock&Folk sort un numéro spécial sur Depeche Mode, où entre autres chaque membre du groupe parle de ses influences. Revient souvent, un drôle de mot, Kraftwerk. Avec JM on fini par se procurer une copie K7 de l’album ComputerWorld, sorti en 1981. Je suis frappé par la foudre. Le « truc électronique inconnu qui sert de musique de fond pour des documentaires ou des reportages », vous vous souvenez? Ben c’était ça! Ré-vé-la-tion.
Kraftwerk, c’est vraiment ma madeleine, j’adore DM ou NIN ou Underworld, mais je reviens toujours à ces papys de la techno, pionniers des musiques électroniques…

Il m’a fallu ensuite beaucoup de temps pour accepter d’écouter des guitares. J’exécrais U2, et tout ce qui sonnait de loin comme le Dzoing! d’un truc en bois avec des cordes.
Mais bon, petit à petit, lente évolution, j’ai toléré, puis apprécié, des trucs de plus en plus pêchus et grateux, grâce à DM, Cure, New order, Nine Inch Nails, Ministry, et d’autres. Jusqu’à ce que je prenne cette grosse claque:

Par contre je déteste toujours autant U2, AC/DC, etc…

Autre grosse claque, au même moment, c’est les soirées passées au Daïkiri, la boîte homo de P**, qui faisait des soirées techno d’enfer le samedi soir.
Je me rappelle danser non-stop pendant toute la soirée, avec des lunettes de soleil pour pas me cramer les yeux face aux strobos, pour finir trempe et épuisé au petit matin, avec les oreilles qui sifflent et un sourire béat. (Je précise que dans une boîte homo personne ne t’emmerde si tu leur dis gentiment que tu es hétéro)

2000, je suis à Paris. Par le plus grand des hasard je gagne une place pour le concert de Moby à Bercy. Peu de temps après, j’assiste à mon 1er concert… dévastateur… de Rammstein. Hypra bourrin, super pêchu, lance-flammes, explosions, bref ils envoient le pâté, mais aussi le steak frites et la pêche melba. Énorme énorme claque.

J’ai vu bien d’autres concerts, avant et après celui-là, que ce soit DM (à San Sebastian, Bordeaux, Paris (2x) et Londres), Cure, New Order, Chemical Brothers, Laurent Hô, Nine Inch Nails (au Zénith et à l’Olympia), Nitzer Ebb, et Underworld (à l’Elysée Montmarte, jamais je n’ai autant peur qu’un bâtiment s’écroule sur moi, tellement le public dansait comme des malades).

Et les frenchies dans tout ça? Ben, à part Daft Punk et autres trucs électro du genre… Ah si! Etienne Daho! J’aime beaucoup Daho, enfin, un album sur deux, en moyenne. Et je l’ai vu en concert à P**, vers 1988-89. Un peu d’Indo aussi…

Voilà ce qu’il y a dans mes oreilles…

Ah oui j’oubliais, mes coups de coeur du moment.
Gary Numan:

et School of Seven Bells:

NB: J’aurais pu aussi mentionner mon amour immodéré pour le film et la musique d’Amadeus, de Milos Forman, mais vu que je l’écoute jamais…


on fait le bilan

Ah on ne peut pas dire que cette année 2012 n’a pas été riche en rebondissements!

D’abord, il y a eu la crise de l’Euro, la Grèce qui en sort (de l’Euro), l’Europe qui s’effondre, le retour au franc, l’effondrement de l’économie et un nouvel âge de pierre.
Oui enfin, ça c’est ce qu’avait prédit Jacques Attali. Alors comme il est plus calé que moi en économie je suis pas allé vérifier…

Et puis l’hiver! Non mais vous avez vu ce temps? Il faisait froid, y avait de neige et tout. Bon, l’hiver quoi…

Ensuite y’a eu la campagne pleine de vaches présidentielle, étrangement à la fois nauséabonde et ennuyeuse. Mais à la fin on a réussi à se débarrasser du nabot en talonnettes et c’est pas plus mal.
Bon maintenant on à la place des nuls de gôche et les grecs pourront témoigner que changer d’incompétents ça change pas grand-chose.
Et là il faut bien avouer, que souvent les révolutions les plus libérales et liberticides pro-europe anti-peuple ont été faites sous des gouvernements de gôche (Maastricht, par exemple, une belle arnaque!, Et l’Euro, je vous ‘en parle même pas, ma bonne dame!). Et vous allez voir ce qu’on nous prépare avec la libéralisation des services « publics » qui n’en ont plus que le nom (vu qu’il préfèrent appeler leurs usagers des « clients », c’est dire…), la flexibilité du contrat de travail, le dynamitage de la sécurité sociale et tout ça…

Après on a pas eu le temps de penser à tout ça parce que de suite ça a été les J.O Zolympiques de Londres que c’était super bien (« Vive le sport sur France 2! »), qu’on a gagné tout plein de médailles et euh youpi.

Et donc dans la foulée, les vancances d’été, oui je sais pas pourquoi, à chaque fois que j’essaie de taper vancances, je tape vancances, rhaaaa, mais bon vous avez compris, c’est quand on essaie de faire semblant de se reposer au soleil en pensant au boulot. Les vancances, quoi!
Je sais pas vous mais moi je les ai trouvées trop courtes, et puis je stressais à mort pour mon nouveau taf que j’ai, vu que j’avais peur que mes collègues, pardon collaborateurs, ne s’en sortent pas et qu’étant leur chef, pardon team leader, je ne retrouve une situation catastrophique à mon retour. En fait non ça a été, mais du coup j’en aurais bien repris une ou deux semaines…

Et puis patatras c’est la rentrée, le gouvernement qui commence à continuer à faire des conneries, le petit nerveux qui passe plus de temps au Maroc avec sa pseudo chanteuse qu’en prison.. Tiens parlons-en de la soeur des frères Bogdanoff, il parait qu’elle va bientôt nous pondre un nouvel opus de jérémiades, ça va être chouette!

Et l’UMP! Deux gars qui sont pas d’accord pour dire qu’ils sont d’accord sur tout, se font la guerre pour devenir le nouveau chef du parti qui a perdu toutes les élections depuis 5 ans, trichent tous les deux, disent tous les deux qu’ils ont gagné, se traitent tous les deux de menteurs, arrêtent pas de se tirer la langue et de se faire des vilains gestes (Pouit!), pour finalement tomber d’accord qu’il rejoueront le match dans un an et demi… Euh comment dire, je n’ai pas les mots. Orthonormé, plénipotentiaire et isotope sont ceux qui me viennent mais ils ne « matchent » pas vraiment. On va donc laisser un blanc à la place, là:                        , et puis un blanc ça fera plaisir à Copé…

Du coup, on a failli rater la fin du monde de Maya l’abeille, que c’était vraiment bien, vraiment, avec tout plein de zombies et de météorites qui nous sont tombés sur la figure que ça a tout cassé mais heureusement il y avait Bruce Willis le nouveau président des USA d’Amérique du monde qu’est monté dans son avion super secret méga puissant de la mort qui tue pour casser la gueule aux martiens qui prévoyaient de nous attaquer par derrière pendant qu’on avait le dos tourné à combattre les tsunamis de sauterelles que rarement on en a vus pareils de mémoire de poisson rouge.

Et voilà, c’est Nowel, on mange du pâté d’huitres et des bûches farcies au foie de dinde, on boit du champagne de Jurançon mousseux de Bourgogne et on s’offre des cadeaux rigolos (genre un François Hollande en caganer) en attendant de souhaiter la bonané 2000 tresses à la vieille tante qui pique.

Allez, vivement 2014, parce que 2013 je la sens moyen…

hollande


mal au crâne

Juste en passant, parce que je me rends bien compte que j’ai pas beaucoup posté ces derniers temps (4 posts en 2012 tout de même!) et aussi à cause de nombreuses relances (2 c’est plusieurs, non?), je voulais pousser un coup de gueule.

Non, pas un cri, juste un murmure…

Parce que c’est formidable les migraines. Des fois tu supportes pas la lumière, et donc tu portes des lunettes de soleil même à l’intérieur. Des fois t’as des nausées, et donc tu manges pas. Des fois tu peux pas faire le moindre effort sous peine de tournevis dans le cerveau.
Et des fois tu supportes pas le bruit. Donc depuis ce matin, je me balade dans la maison avec des boules Kiès.

Youpi…


Y paraît que je poste pas souvent…


C’est pas tout ça, mais quand faut y aller, foyallé!

Oui je sais, quasiment 2 ans jour pour jour après mon dernier post (« Les kangourous portent-ils des bretelles? », à propos de la victoire de Pompidou à l’élection de Miss Cantal 1962), je reprends la plume à la demande générale.
Bon, de 2 ou 3, mais quand même! Vu que ça dépasse déjà le nombre de lecteurs que j’espérais, on peut dire que c’est un véritable plébiscite en faveur de mon retour.

Hors donc euh voilà…

Bien bien bien…

Et sinon vous ça va?

Non parce que qu’ici bof, y fat chô, et à part ça, avec la criss et tous les satellites qu’ils nous font voler au-dessus de nos têtes, y’a plus d’saison!
Sans parler de ma Hanche (bien aspiré, le hash) qui me lance quand je fais ça… ouille! Voyez?

Quid? Qu’ouïe-je? Qu’asper-je? Concombre?  Le Kirghizistan?

Ah oui c’est vrai! J’avions vaguement évocationé l’éventualité de mentionner dans icelle missive deux-trois choses que je sais sur le Kirghizistan.

Bon je veux bien, mais seulement si vous insistez…

« Oui oui! Abreuve nos sillons que de féroces soldats viennent jusque dans nos bras, de ta féconde semence culturelle! Que sais-tu du Kirghizistan que nous ne sachassions point? »

Bon d’accord!

De un: le Kirghizistan se situe par là au fond à droite, à peu près au centre du rectangle formé par Oulan-Bator, Shiraz, Chengdu et Volgograd, c’est dire!

Le Kirghize est un animal poilu, veule et fourbe, à mi-chemin entre la bête humaine et le communiste. La Kirghizette est plus menue, mais avec des dents pointues.
Tous deux emploient un dialecte proche du chtimi, mais passé dans un film de Canal+ sans décodeur.
Par exemple, pour dire « Salut poulette! », ils utilisent l’expression: « Bzronjgzour mradzame, jrvke wziens rvzéprazdrer vlat stofozkropieuz ».
Une horreur!

Que ce soit avec sa femme, à son chien ou aux impôts, le Kirghize utilise le vouvoiement, appelé là-bas « tagl ». Autant dire qu’ils ont poussé le raffinement linguistique à un tel niveau que ce « tagl » suffit pour à peu près toutes les conversations.
Nous autres occidentaux devrions nous en inspirer, en particulier lors de réunions de travail, ou dans des meetings politiques…

Le président de Kirghizie (ou Kirghizistan), s’appelle Alf. Il vient de la planète Melmac, et aime beaucoup les chats.

Économiquement, le Kirghizistan survit principalement grâce à l’exportation massive de kirghis, sorte de kiwi mais dur comme du bois, principalement utilisé en remplacement dans des pays où il n’y a pas de cailloux, comme Monaco ou le Vatican.
Le Kirghizistan est très jaloux de son voisin le Boukistan, seul pays au monde où pousse le viagra, qui gagne des fortunes en faisant de la pub sur internet.

Voilà, je crois que c’est tout. J »espère que vous réviserez bien, parce que demain il y a interro.
Sur ce, bon week-end et à mardi!

PS: si avec tout ça j’ai pas tous les collégiens du monde qui viennent sur mon site pour leur exposé sur le Kirghizistan, je ne sais pas, je ne sais plus…


Elections, pièges à connes

Non franchement, vous trouvez pas ça cool les élections de Miss France?

-Quoi? Déjà?
-Eh oui, déjà!

Moi j’adore! C’est juste que je préfèrerais qu’ils fassent l’élection de Miss France tous les ans…

Il faut dire que cette année ils nous ont gâtés avec les Miss sélectionnées:

– En premier, ils ont autorisé la Miss sortante à se représenter! Et ce, malgré toutes les bourdes qu’elle a faites depuis qu’elle a été couronnée, malgré le mépris qu’elle affiche envers les média et les gens qui viennent la voir à ses inaugurations de supermarchés, malgré ses dépenses pharaoniques et son incapacité à parler un français correct.
Il paraît même que 30% des téléspectateurs seraient prêts à revoter pour elle!!!

– Ensuite, il y a Miss Auvergne. C’est vrai qu’elle a beaucoup maigri, et qu’elle a un esprit assez vif, toujours prête à sortir un bon mot. Mais qu’est-ce qu’elle est moche! Et qu’est-ce qu’elle est mollassonne! C’est sûr qu’il va lui en falloir des coups de pied au cul pour la forcer à assister à l’élection de la plus belle vache limousine ou l’ouverture du salon du mariage!
Et certains disent qu’il faut voter à tout prix pour elle pour éviter que Miss Fouquet’s gagne à nouveau…

– Miss Nord-Pas-de-Calais, n’en parlons pas. Elle veut faire peuple et terroir malgré ses origines bourgeoises et parisiennes. En plus, étrange lubie, elle tient à ce que du porc soit servi à tout le monde à tous les repas, allez savoir pourquoi!
Elle a aussi mentionné n’aimer que le chocolat blanc et souhaiter interdire les chocolats noirs et au lait dans les oeufs de Pâques…

– Autre étrangeté cette année, Miss Norvège est autorisée à concourir. On avait le choix entre elle et Miss TF1 et c’est le lobby scandinave qui a gagné.
Elle est un peu psychorigide, ne parle que de bio, et a un accent qui ferait passer Karl Lagerfeld pour une Précieuse Ridicule chère à Molière. Mais son plus gros problème, c’est son entourage de pique-assiettes qui ne rêvent que de récupérer pour eux quelques parts de quiches du buffet…

– Nous avons aussi 2 jumelles: Miss Ouvrière et Miss Travailleuse, qui n’ont jamais vu la gueule d’un outil, inaudibles malgré leurs élucubrations, plus quelconques que moches, sans humour ni esprit.

– Ah, Miss Pompidou, elle est rigolote! Elle vit encore dans les années 1950, où tout était mieux que maintenant, et prône le retour de Léon Zitrone pour présenter des émissions en noir&blanc…

– Et puis il y a Miss Pluton. Non elle vient pas réellement de Pluton mais on se demande vraiment d’où elle sort, ce qu’elle veut, et pourquoi ce qu’elle raconte en interview ressemble furieusement aux délires d’une secte apocalyptique adepte d’une théorie impliquant des martiens, les chinois du FBI, et tous ceux du complot judéo-maçonique.

– Enfin, et pour terminer, il y a mes deux chouchoutes.
L’une, Miss Ile de France, est rigolote, intelligente, a un sacré bagou, une gouaille de poissonnière parisienne, mais elle fait un peu peur, tout le temps habillée en rouge… Tout le monde sait qu’elle dit n’importe quoi mais on se dit quand même qu’elle pourrait avoir une influence bénéfique sur son ex-copine Miss Corrèze, la favorite.
L’autre Miss Béarn-Bigorre, c’est la plus mature, la plus posée, la pragmatique, un peu comme une grande soeur. Celle qu’on aurait aimé à la place de la dernière gagnante, Miss Neuilly. Mais c’est aussi celle qu’on trouve un peu neuneu à jamais trancher, à jamais donner réellement son avis, celle qui est un peu bègue, un peu molle du genou…

Bref, je sais pas vous mais je suis bien embêté avec cette élection de Miss France. Je suis sûr que je vais voter, et je sais pour qui je ne vais pas voter. Mais je ne suis toujours pas décidé.

Et le pire, c’est que c’est juste l’élection de Miss France! Imaginez si c’était l’Élection Présidentielle dans une semaine!